ARNELAE\'S PLACE

Végéta*isme, Ecologie, Beauté & Santé, Vitamine B12, Protection & Lutte Animales, Débats...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En parlant du lait...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
wessa
Commence à se sentir à l'aise
Commence à se sentir à l'aise
avatar

Masculin
Nombre de messages : 143
Age : 44
Localisation : nice
Emploi : Gardiennage
Loisirs : Les promenades et randonnées dans la nature, mon chien, la lecture, kayak de mer et natation, les plantes sauvages comestibles...
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: En parlant du lait...   Dim 19 Sep - 13:35

Je détourne aussi le sujet "lait et chats", tout en baignant encore dedans, pour placer ces sinistres pages...

LE LAIT, UNE SUPER VACHERIE CONFIRMÉE
UN LIVRE QUI DÉRANGE L’AMÉRIQUE

On ne peut aborder ce sujet sans parler d’Albert
Cohen, surnommé aux U.S.A « l’homme
anti - lait ». Il a écrit l’un des livres les plus
fascinants et les plus documentés sur ce sujet :
« MILK, The deadly poison (le lait, poison mortel)
qui a fait grand bruit aux U.S.A. (Il n’est pas
encore traduit en français). Dans sa dédicace, il
s’adresse à « toutes les personnes dans le monde
qui souffrent de toutes sortes de troubles de
santé sans être conscients de l’origine alimentaire
de leurs maux. Puissent-elles découvrir que la
fontaine de jeunesse, pour elles, leurs enfants
et les générations futures, pourrait bien venir du
simple fait d’éliminer le lait de leur vie ! »
Ce livre montre comment les autorités sanitaires
ont été perverties par les grandes multinationales
qui, dans leur recherche de profit sans cesse
croissant, ont mené notre société au bord du
suicide nutritionnel. Le lait, au fil des ans, malgré
sa blancheur, est devenu pour les cellules de notre
corps l’équivalent des marées noires qui se sont
déversées des bateaux pétroliers échoués sur les
côtes !
Au départ, le lait est déjà un aliment totalement
inadapté à l’homme. Il élève le cholestérol sanguin
et les graisses du sang parce qu’il contient du
cholestérol et des graisses poly-insaturées. Si
vous consommez autant de produits laitiers qu’un
américain moyen, vous absorberez une quantité
de cholestérol équivalente à celle de 53 tranches
quotidiennes de lard. Si vous avez 54 ans, vous avez
suivi ce régime pendant 52 ans, ce qui correspond à
19 345 tranches de lard par an, soit en tout plus d’un
million de tranches de lard ! Réalisez vous que dans
un seul ice cream se trouve autant de cholestérol
que dans six tranches de lard ?
N’est-il pas extraordinaire qu’un corps humain puisse
résister à une telle avalanche de graisses ?
Le lait est trop riche en protéines, qui pour être
éliminées par le corps, obligent celui-ci à mobiliser
son calcium. Du coup, les produits laitiers que les
personnes âgées absorbent sont l’une des causes
principales de l’ostéoporose ! La pasteurisation et
l’upérisation en font un produit dénaturé et biocidique.
Le lait contient 300 fois plus de caséine que le lait
maternel. Cette caséine est une colle puissante qui
encrasse l’organisme de façon dramatique.
DES VACHES À LAIT TRÈS MALADES
La multinationale MONSANTO a produit une hormone
de croissance destinée à augmenter la production de
lait. Grâce à ses bénéfices colossaux, elle a pu soudoyer
les autorités sanitaires et politiques pour qu’elles laissent
mettre sur le marché ce produit sans avoir évalué
sa toxicité. Les éleveurs auxquels on a imposé cette
hormone de croissance se sont retrouvés avec des
vaches qui produisaient presque 50 litres de lait par
jour (auparavant, elles en donnaient au plus 14 litres)
mais faisaient des infections nombreuses, si bien qu’ils
ont dû utiliser des antibiotiques en quantité.
Les taux d’antibiotiques dans le lait sont 100 fois
plus élevés qu’il y a quelques années et les autorités
sanitaires se sont contentées d’élever les normes
limites autorisées. Aux U.S.A, sur les 23 mille tonnes
d’antibiotiques fabriqués chaque année, près de la
moitié est utilisée pour le bétail ! Cette administration
de doses sub-thérapeutiques d’antibiotiques au bétail
crée de plus en plus de souches de bactéries résistantes
aux antibiotiques, ce qui pose un problème de santé
publique de plus en plus grave. Quand vous buvez du
lait ou mangez un yaourt, vous ne vous doutez pas
que vous êtes en train d’absorber des antibiotiques
qui vont détruire votre flore intestinale et affaiblir votre
système immunitaire. De plus, si vous êtes allergique
à un antibiotique comme la pénicilline, vous risquez
de tomber malade sans comprendre que vous en avez
absorbé à votre insu.
Il est hallucinant de constater qu’aux U.S.A 80%
des vaches souffrent de leucémie. Alors, le lait de
ces vaches est-il sans danger pour l’homme ?
LE CANCER DU LAIT
Quand les études scientifiques ont montré que cette
hormone de croissance stimulait chez l’homme le
développement de cancers lymphatiques, l’association
des médecins américains, l’O.M.S et les
autorités sanitaires ont préféré fermer les yeux
car les intérêts économiques passent avant la santé
des populations. Depuis 1994, année où l’hormone de
croissance obtenue par génie génétique fut autorisée
pour stimuler la production des vaches laitières, une
véritable épidémie de cancers lymphatiques a frappé
les U.S.A. Ce type de cancer, rare jusqu’alors, tue plus
que les cancers du sein, de la prostate, du pancréas
et des organes génitaux réunis. Les citoyens américains
sont devenus, sans le savoir, des cobayes qui
absorbent de l’hormone de croissance à travers les
produits laitiers dont ils consomment 90 milliards de
kilos chaque année.
Pourtant l’Europe a résisté et, malgré la pression des
multinationales américaines (notamment le dossier
fourni par Monsanto qui ne comptait pas moins de
23 000 pages) la commission du Marché Commun qui
a étudié la question a refusé l’utilisation de l’hormone
de croissance car elle estimait que les preuves de son

innocuité n’étaient pas suffisantes.
Avec la passion d’un détective, Cohen, « l’homme
anti lait », a mis en évidence, de façon irréfutable
parce que prouvée par des documents officiels, la
façon dont le public américain a été trompé. Au lieu
de faire connaître les facteurs nutritionnels qui créent
ou favorisent le cancer, on a continué à détruire les
tumeurs avec la chirurgie et la chimiothérapie. C’est
plus rentable, n’est ce pas ? Alors qu’aux U.S.A, du
temps de nos parents, explique Cohen, une femme
sur 20 était atteinte de cancer du sein, aujourd’hui
une femme sur 3 est touchée ! Quand on pense
aux milliers d’enfants souffrant de leucémie et traités
par des chimiothérapies toxiques, on a le coeur brisé
devant tant d’inconscience.
PUBLICITÉS MENSONGÈRES
On découvre ainsi que la civilisation moderne (et
surtout les U.S.A, qui en sont le pays phare) est
dirigée par des lobbies dangereux pour la santé
publique, lobbies qui ont infiltré les administrations et
trompé le public depuis des années par des publicités
mensongères. Ainsi, Nestlé, affirme dans sa publicité
pour les produits pour bébés, que « provenant des
cultures contrôlées en permanence par les spécialistes
Nestlé, tous ces produits sont exempts de substances
nocives. L’enfant reçoit ainsi, en tout sécurité, une
alimentation dont la densité nutritionnelle correspond
parfaitement à ses besoins ».
Stupéfiantes contre-vérités ! Pourtant certains des
médecins et des scientifiques qui travaillent dans
cette grande multinationale n’ignorent pas les
informations que nous citons. Mais ils sont tenus de
garder le silence pour ne pas perdre leur poste. Ainsi,
sont perpétrés les mythes officiels qui correspondent
aux impératifs du profit économique.
Il y a quelques années, un groupe d’écologistes
avait montré que Nestlé était responsable de la
mort de millions d’enfants en poussant les mères
à renoncer au lait maternel pour donner à leurs
enfants du lait en poudre. Sous la pression du
public scandalisé, la multinationale a légèrement
tempéré son ardeur publicitaire sur ce point mais elle
continue à tromper les consommateurs en leur faisant
croire à l’innocuité de ses produits qui sont pleins
de pesticides, d’additifs chimiques, de sucre raffiné,
d’édulcorant de synthèse comme l’aspartame (malgré
de nombreuses études prouvant son hypertoxicité, ce
produit est encore autorisé) de vitamines artificielles et
de produits laitiers hautement néfastes pour la santé !
Les multinationales de l’alimentation industrielle et de la
chimie existent et prospèrent parce que nous achetons
leurs produits. Si nous ne voulons pas être sacrifiés
sur l’autel de leur inconscience, il est temps de nous
éveiller aux lois de l’alimentation végétale, variée et
vivante, qui permet de vivre en pleine santé, plutôt que
de souffrir sans cesse de constipation, d’allergies, de
douleurs, de raideurs, de cancers, de diabète et de ces
mille et un troubles qui montrent tout simplement que
notre organisme est intoxiqué.
DES MILLIONS D’AMÉRICAINS
ANÉMIQUES ET DIABÉTIQUES.
La cause la plus fréquente de cette carence est un
manque de fer. La consommation de lait entraîne
souvent des saignements de la muqueuse intestinale,
par un phénomène de réaction allergique aux protéines
du lait, ce qui fait perdre beaucoup d’hémoglobine. Les
principaux symptômes de l’anémie sont : la faiblesse,
la fatigue, la dépression et l’irritabilité.
On remarque cette anémie par perte de fer chez un
tiers des enfants nourris au lait de vache, alors que
ceux nourris au lait maternel n’en souffrent pas.
On a pu lire dans le « New England Journal of
Medicine » de juillet 1992 : « Des études ont suggéré
que les protéines du lait pourraient jouer un rôle dans
l’apparition du diabète chez l’homme. Les patients
diabétiques insulino-dépendants produisent des anticorps
contre les protéines du lait qui participent au
dysfonctionnement des îlots de Langerhans, dans le
pancréas, centre de fabrication de l’insuline. Il s’agit
d’une réaction auto-immune ».
Le véritable problème à la base du développement du
diabète est l’énorme quantité de graisses contenue
dans l’alimentation occidentale, à cause de la viande,
des produits laitiers et des oeufs. Des expériences faites
avec des étudiants en médecine ont montré qu’en une
semaine à peine d’alimentation très riche en graisse
50% des étudiants étaient devenus diabétiques.
TOUS ENGLUÉS À LA CASÉÏNE
80% des protéines du lait et du fromage sont
constitués de caséine, qui est une puissante colle, celle
qui fait notamment tenir les étiquettes sur les bouteilles
de bière. Essayez d’arracher une des ces étiquettes et
vous verrez la force de cette colle ! On utilise aussi la
caséine pour coller les meubles !!! Pensez à ce que cette
colle peut provoquer dans votre organisme. Comme la
caséine est une protéine étrangère, le corps crée des
anticorps pour la neutraliser. Cette réaction antigèneanticorps
fait sécréter de l’histamine et engendre une
intense production de mucus, voire de pus.
De nombreux chercheurs pensent que la caséine
est la principale substance responsable des
inflammations articulaires que l’on voit dans les
arthrites rhumatoïdes. Cela expliquerait pourquoi la
suppression de tout produit laitier permet la plupart du
temps le soulagement rapide de ces affections.
Nota MD : Depuis des années, je préconise dans
mes ouvrages pour nettoyer les colloïdes laitières du
système lymphatique, du CALCAIRE DE VERSAILLES
8 DH (en pharmacie) – 1 ampoule au lever.
DES HORMONES , ENCORE DES
HORMONES
Il faut 5 kilos de lait pour faire un kilo de fromage, la
concentration des hormones contenues dans le lait
est importante. Or, chaque goutte de lait contient 59
hormones différentes, comme des oestrogènes, de la

progestérone, de la prolactine…
Pouvez-vous imaginer les effets que ces hormones
peuvent avoir sur la santé physique et mentale des
populations ?
40% des aliments consommés par les américains
sont du lait, des produits laitiers sous forme
d’ice cream, de yoghourts, de fromages et autres
dérivés.
Un kilo de fromage peut contenir 20 fois la
quantité d’hormones qui se trouve dans un kilo
de lait.
EN PRIME FINALE
Robert Cohen s’est écrié :
« le lait, c’est surtout de la colle,
des hormones et du pus ! »
Il a même découvert que les végétariens qui
consomment des produits laitiers, les juifs et les
musulmans seront étonnés d’apprendre qu’aux
U.S.A, ils mangent du cochon sans le savoir
En effet, la vitamine D2 qui était ajoutée au lait (et
qui provenait d’un mélange d’algues et de bactéries
exposé à la lumière ultraviolette) a été remplacée,
parce qu’elle donnait un goût amer aux produits
laitiers, par de la vitamine D3 qui est extraite de la
peau ou du cerveau de porcs !
Le lactose des produits laitiers stimule l’absorption
de calcium par l’intestin, et ce calcium va durcir la
paroi des artères, où se déposent déjà le cholestérol
et les acides gras saturés des aliments d’origine
animale.
En plus de tous les problèmes décrits, le lait est
une vraie poubelle puisque la vache concentre
tous les pesticides, herbicides et poisons qui sont
contenus dans l’herbe ou les granulés qu’elle
mange.
Vous n’en reprenez pas une p’tite goutte ?

Son site internet : www.notmilk.com


Revenir en haut Aller en bas
alexandra
Administratrice*
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7913
Age : 58
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: En parlant du lait...   Dim 19 Sep - 14:46

wessa a écrit:
des graisses poly-insaturées
Saturées, plutôt... (il s'agit d'une erreur de frappe, probablement).
Cet article résume la question de façon très intéressante.
Un petit bémol toutefois, je le trouve un petit peu excessif : la caséine utilisée pour coller les étiquettes n'est probablement pas du tout comparable à celle que nous ingérons, car nous ne mangeons tout de même pas de la colle !
Même si la caséine peut être fort toxique... (j'en sais quelque chose : je ne peux pas en ingérer, elle me rend malade).
Merci Wessa pour ces infos.

_________________

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l’oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature (Ours Debout, Lakota)
The two most important days in your life are the day you were born and the day you find out why
(Marc Twain)

Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle
Décide de rester
Décide de rester
avatar

Féminin
Nombre de messages : 497
Age : 86
Date d'inscription : 04/09/2010

MessageSujet: Re: En parlant du lait...   Dim 19 Sep - 15:21

Merci wessa !

Et merci Mr Cohen !


Quant à mons--to, je l'ai rebaptisé "monsalaud".
Revenir en haut Aller en bas
Chloé
Se plaît bien parmi nous
Se plaît bien parmi nous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 34
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: En parlant du lait...   Dim 19 Sep - 15:22

Et dire que je m'inquiète toujours à propos du soja et des hormones... j'aimerais bien trouver un comparatif entre le taux d'hormones contenu dans le lait animal et celui contenu dans le soja (même si ce sont des phyto-oestrogènes)... quelqu'un a une idée?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En parlant du lait...   

Revenir en haut Aller en bas
 
En parlant du lait...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En parlant du lait...
» Lait d'ânesse
» Lait d'avoine
» Donner son lait à la tasse
» Quels substituts au lait maternel pour bébé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARNELAE\'S PLACE :: NOS AMIS LES ANIMAUX :: les Soins-
Sauter vers: