ARNELAE\'S PLACE

Végéta*isme, Ecologie, Beauté & Santé, Vitamine B12, Protection & Lutte Animales, Débats...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les femmes sont plus stressées que les hommes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lithana
Décide de rester
Décide de rester
avatar

Féminin
Nombre de messages : 330
Localisation : loir et cher
Emploi : sans
Loisirs : nature,lecture et science humaine
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Les femmes sont plus stressées que les hommes   Mar 24 Jan - 11:59


Les femmes consomment deux fois plus de psychotropes que les hommes. Sur les 1 à 2 % de la population mondiale souffrant d’une maladie anxiodépressive, les 4/5e sont des femmes. Et toutes les études montrent qu’elles sont entre 1,5 et 3 fois plus soumises à l’angoisse. Pourquoi ?


“À la fin de la journée, je suis tellement à bout que la moindre réflexion, même la plus anodine, me fait hurler ou pleurer. » Isabelle n’est pas un cas à part. Nombreuses sont les femmes qui se trouvent ainsi en sur-stress. Pourquoi sont-elles plus sujettes que leurs homologues masculins à l’anxiété, aux troubles de l’émotivité et à l’épuisement nerveux ? Les hormones n’expliquent pas tout, loin s’en faut. Mieux vaut chercher les causes dans les spécificités du fonctionnement des femmes et dans les impératifs auxquels elles font face dans leur vie quotidienne.

Le stress de l’image: la séduction et ses travers
« Le paraître a plus d’importance pour les femmes que pour les hommes », constate Marie-Hélène Spaccaferri, psychothérapeute et sophro- énergéticienne à Aix-en-Provence. « Lorsque je demande à des femmes de faire des grimaces pour relâcher les muscles du visage, elles sont très réticentes car elles ne veulent pas donner une mauvaise image d’elles. Je leur conseille alors de fermer les yeux… » Parce qu’elles sont d’abord appréciées pour leurs qualités physiques (« Soit belle et tais-toi » dit le dicton) et parce que, pendant des siècles, leur unique moyen de survie consistait à plaire à un homme, les femmes attachent beaucoup d’importance à leur apparence. D’où les rendez-vous réguliers chez le coiffeur, les séances chez l’esthéticienne, et le temps passé chaque matin à « se faire belle ». Même si aujourd’hui elles travaillent et sont plus indépendantes financièrement, elles n’en restent pas moins, par le poids des siècles passés, comme soumises aux regards des hommes. Ces dernières années, la nécessité de séduire s’est trouvée renforcée par la multiplication des divorces qui débouchent sur l’union d’hommes d’âge mûr avec de jeunes femmes. Pour avoir une chance de garder leur mari, il leur faut donc rester attractives physiquement et, lorsqu’il est parti, reconquérir un autre homme. Devant ces défis quotidiens, la tension est permanente et s’accentue dans une société qui porte aux nues le jeunisme. Par ailleurs, considérées encore comme des objets sexuels, les femmes sont nombreuses à être victimes de harcèlement sur leur lieu de travail. Les pressions verbales, gestuelles ou physiques émanant d’un collègue ou d’un supérieur hiérarchique occasionneront un stress d’autant plus important qu’il sera accompagné de la crainte de représailles et du sentiment d’isolement au niveau de l’équipe… … – tout le monde sait, mais se tait – ou au niveau familial. « Le harcèlement sexuel est un véritable stress psycho social dont les hommes sont les principaux instigateurs et les femmes les principales victimes», note le psychiatre Alain Braconnier avant de souligner qu’ « environ 90 % des victimes présentent des troubles émotionnels : anxiété, épuisement dépressif, colère, etc.».

Stress des autres : les méfaits de la compassion
Autre raison de stress de certaines femmes : leur capacité d’empathie. « Une femme est constamment à la recherche de ce qui pourrait faire plaisir aux autres », note Paul Dewandre, animateur des stages français Mars-Vénus (1). « Elle cherche même à répondre aux besoins des autres avant que ceux-ci ne soient exprimés. » Alors que, en général, les hommes pensent d’abord à satisfaire leurs propres besoins, les femmes sont souvent tournées vers leur entourage, se mettant à la place d’autrui, privilégiant l’autre au détriment de soi. Marie-Hélène Spaccaferri a constaté cette différence fondamentale d’attitude entre les sexes lors d’un stage de gestion du stress qu’elle animait auprès de personnels de HLM : « Face aux suppliques, aux insultes, voire aux agressions physiques des demandeurs de logement, l’homme gérait son stress en criant de façon systématique. Il faisait en quelque sorte du préventif : il se protégeait en attaquant. Les femmes, au contraire, écoutaient, essayaient de tempérer les ardeurs par la discussion, compatissaient. Par conséquent, elles absorbaient une partie du stress de leurs interlocuteurs, et s’en suivait un mal de ventre quasi-permanent. » Le psychiatre Alain Braconnier reconnaît que « de nos jours, les affections psychosomatiques, qui sont à l’origine de plus de la moitié des consultations chez les médecins praticiens, touchent plus volontiers les femmes ». C’est pourquoi apprendre à évacuer le stress devient une nécessité, en particulier pour les femmes (lire encadré ci-contre).

Stress du multi-tâche : tout faire en même temps
Autre différence entre les sexes : la structure mentale. « Alors que l’homme est séquentiel, la femme, bénéficiant de plus de connexions entre les deux hémisphères de son cerveau, accomplit plutôt différentes tâches en même temps, et n’attend pas d’avoir terminé une chose pour en commencer une autre », explique Paul Dewandre. « En général, elle n’accorde pas de priorité à un problème, car même s’il est moins important, il continue d’occuper son esprit pendant qu’elle en règle d’autres. » C’est pourquoi on dit que les femmes mènent plusieurs vies à la fois : leur vie professionnelle, familiale, amicale et sociale. Alors que chez l’homme ces activités sont compartimentées : il y a un temps pour chaque chose. Chez la femme, elles ont tendance à se superposer. Tout en accomplissant leur travail, elles peuvent penser aux activités sportives de l’aîné, au rendez-vous médical du petit dernier, à acheter un cadeau pour l’anniversaire de la cousine, concevoir le repas du soir et noter qu’elles doivent appeler Gérard qui est à l’hôpital. Cette capacité au multitâche, qui n’influe en rien sur leur productivité, ne s’explique pas seulement par des raisons d’ordre neurologique, mais aussi par la simple nécessité, le partage des tâches ménagères et éducatives au sein du couple n’étant toujours pas le meilleur exemple de l’égalité des sexes. À force d’accumuler les obligations, les femmes parfois ploient sous leur poids.
Par conséquent, elles devraient, encore plus que les hommes, apprendre à gérer leur stress au quotidien, à vider régulièrement leur poubelle d’émotions négatives…

Christine Delmar


source: magazine alternative santé(magazine indépendant)


http://www.medecines-douces.com/impatient/329jan06/femmes_stress.htm
Revenir en haut Aller en bas
 
Les femmes sont plus stressées que les hommes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les femmes sont plus stressées que les hommes
» Les femmes sont-elles plus fortes que les hommes ?
» Les Saintes Femmes sont un exemple pour nous tous
» Les femmes sont des champs de labour ?
» Les femmes sont les plus malignes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARNELAE\'S PLACE :: SANTE :: Santé-
Sauter vers: