ARNELAE\'S PLACE

Végéta*isme, Ecologie, Beauté & Santé, Vitamine B12, Protection & Lutte Animales, Débats...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alimentation bio / malnutrition / consommation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alexandra
Administratrice*
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7913
Age : 58
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Alimentation bio / malnutrition / consommation   Mer 12 Juil - 21:34

Comment le fait de maltraiter la nature et ses rythmes conduit à nous maltraiter nous mêmes...

Je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager ces infos que j'ai trouvées récemment, et qui à mon sens pourraient expliquer pourquoi nous nous sentons de moins en moins rassasiés par la nourriture que nous mangeons.
Avez-vous remarqué que lorsque vous mangez de mauvais produits (industriels, de mauvaise qualité), vous n'êtes pas satisfait à la fin de votre repas ? Avez-vous remarqué comment le fait de manger des tomates et des fraises dignes de ce nom, et non pas de vagues succédanés insipides cultivés en hydroponie ou abreuvés d'engrais et de pesticides, vous procurait une délicieuse sensation d'être comblé (dans tous les sens du terme : estomac rempli, mais esprit, également... rassasié!) ?
Comment ne pas penser que la boulimie, si répandue, et dont on accuse un psychisme défaillant ou le vide spirituel ambiant (qui n'en est pas moins réel), pourrait être également due à une sensation de manque, d'insatisfaction et de frustration constante, à toujours manger des aliments décevants ? De la même façon que l'on est déçu, 9 fois sur 10, par les produits soi-disant porteurs de bonheur que l'on achète bien cher, et qui marchent quand ils ont le temps ? Frustration, frustration... et manque, permanent, qui nous pousse, encore et toujours, à chercher, consommer, et... être déçu une nouvelle fois !!

Fort heureusement, l'agriculture biologique rencontre la reconnaissance de plus en plus de "spécialistes" de l'agronomie officielle, qui commencent également de plus en plus, enfin, à admettre que la productivité de ce type d'agriculture est aussi bonne à court terme, et meilleure à long terme, quoiqu'en disent les industriels (en effet, un sol épuisé par les pratiques intensives n'est plus rentable !!). Il y a plein d'infos qui circulent là-dessus maintenant.

Le site : http://www.delaplanete.org/Renseignements-environnementaux,281.html
donne également bien des informations très argumentées sur l'appauvrissement considérable de notre alimentation en éléments nutritifs [NB : il s'agit bien sûr de l'alimentation industrielle], tandis qu'elle s'enrichit en calories (d'où la proportion croissante des personnes en surpoids), en raison des pratiques phytosanitaires et de la recherche à tout crin de productivité dans la culture et l'élevage. Cet article montre que dans nos sociétés où nous sommes suralimentés, nous sommes également... malnutris !! l'alimentation industrielle.

On cherche à produire de plus en plus vite... et forcément, la qualité ne peut que s'en ressentir. N'importe qui devrait pouvoir comprendre cela facilement. Mais non, il y en a qui s'acharnent à vouloir nous prouver que des plantes qui poussent à toute vitesse et des animaux qui grossissent comme des ballons de baudruche sont aussi bons que ceux qui poussent et grandissent au rythme de croissance que la nature leur a donné...

Chacun sait que la quantité s'acquiert aux dépens de la qualité. C'est une évidence. On voudrait nous faire manger de plus en plus, des aliments de plus en plus mauvais... comment s'étonner de voir fleurir tant de maladies, de faiblesses, ... et de déprimes ? L'énergie (je parle de l'énergie vitale, et pas des calories bien sûr) que nous donnons à nos organismes ne fait que baisser. Conséquence : l'énergie dont nous disposons baisse également. N'est-ce pas logique ?


Je vous livre quelques infos disponibles sur le site mentionné ci-dessus :
Les éléments nutritifs se réduisent dans notre alimentation (Darcey Rakestraw) :


Dans The Food Magazine de janvier - mars, le nutritionniste britannique David Thomas rapporte que les minéraux contenus dans la viande et le lait ont décliné de façon significative depuis 60 ans. (ça n'intéressera pas beaucoup les végéta*iens, mais bon...)

En analysant les chiffres des nutriments entre 1940 et 2002, Thomas a découvert que le fer contenu dans 15 différents morceaux de viande a chuté de 47% en moyenne, tandis que certains produits montrent un déclin avoisinant les 80%. *Le fer contenu dans le lait a chuté de plus de 60% alors que la perte pour la crème et les huit fromages étudiés dépasse 50%*.

Thomas conclut que la transition vers des aliments riches en graisse et en calories mais pauvres en micronutriments parce que très transformés a pour effet que les gens sont à la fois suralimentés et mal nourris.

Changements dans la composition minérale du lait, entre 1940 et 2002 :
Sodium 50 à 43 (-14%)
Potassium 160 à 155 (-3%)
Phosphate 95 à 93 (-2%)
Magnésium 14 à 11 (-21%)
Calcium 120 à 118 (-2%)
Fer 0,08 à 0,03 (-62%)
Cuivre 0,02 à <0,01 (parti)

Sources : McCance and Widdowson, 1940 and 2002.

Une autre étude a démontré que pendant que la « mauvaise » graisse et le contenu en calories dans la viande et les volailles augmentent, les graisses bénéfiques dans ces aliments diminuent.

Une étude en 2004 de la London Metropolitan University révèle que manger le même poids de poulet aujourd’hui, comparé à il y a trente ans, procure deux fois plus de calories mais un tiers à un huitième seulement des acides oméga-3 (les « bonnes » graisses).

"Le passage à une production animale plus intensive a mené à une augmentation du contenu énergétique dans la viande qui est sans doute à l’origine des taux élevés de cas d’obésité dans les pays industrialisés".

Des analyses en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis ont montré des pertes nutritionnelles significatives dans chaque sous-groupe alimentaire.

Les raisons possibles de ces déclins de nutriments incluent une dégradation des minéraux contenus dans les sols eux-mêmes, des changements dans les variétés de plantes et la diminution ou la disparition des micro-organismes dans les sols.
Mais le chercheur américain Donald R. Davis pense que l’agriculture industrielle à grande échelle, joue un rôle-clé. Davis note que les méthodes pour augmenter les rendements comme l’usage d’engrais et l’irrigation peuvent en fait réduire les concentrations de certains nutriments en créant un « effet de dilution ».

Voilà pour l'info, que je vous livre telle que je l'ai trouvée.

En conclusion, les plantes et les animaux "poussent" vite, mais mal... toujours, la quantité s'acquiert, aux dépens de la qualité... règle évidente, immuable, et pourtant...
Tant qu'on ne respectera plus les rythmes que la nature, dans sa millénaire sagesse, a construits, on ne s'en sortira pas...

Bon appétit quand même... les melons sont délicieux en ce moment, quand on les met 10 mn à température très froide (freezer) et qu'ils sont bien sucrés...

Amitiés.
Revenir en haut Aller en bas
alexandra
Administratrice*
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7913
Age : 58
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Alimentation bio / malnutrition / consommation   Mar 25 Juil - 10:42

... personne n'a enchaîné sur ce sujet... doit-on en conclure que la qualité de l'alimentation n'attire pas les foules végéta*iennes ??
... que la dégradation des produits animaux n'est pas révélatrice de la façon dont ils sont élevés... ?

ou que l'info est tellement intéressante en soi qu'il n'y a rien à rajouter ?? Wink
...ou... que le message est trop long... ?

Bonne journée !

_________________

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l’oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature (Ours Debout, Lakota)
The two most important days in your life are the day you were born and the day you find out why
(Marc Twain)

Revenir en haut Aller en bas
Minipousse
Pottok des Pyrénées
Pottok des Pyrénées
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5006
Age : 56
Localisation : Aisne
Emploi : Enseignante
Loisirs : Mes chiens, mes chats, les minous SDF, les animaux en général, Yoga, randonnées, broderie, lecture...
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Alimentation bio / malnutrition / consommation   Mar 25 Juil - 11:10

Non, je l'avais lu jusqu'au bout, cet article ! Wink

Il est passionnant !

Mais c'est vrai que je n'avais rien trouvé à y répondre ! Que dire de plus ?

Il y a aussi l'article de Félicien, "se nourrir sans se remplir" qui aborde un sujet complémentaire au tien, et qui lui aussi n'a obtenu aucune réponse...

Que dire, tout cela semble évident pour nous.

Mais pour les personnes que nous cotoyons au quotidien, c'est toute une éducation à refaire et beaucoup n'en n'ont rien à faire !

Soit parce qu'ils ont d'autres préoccupations, se nourrir au quotidien avec un petit salaire (mais c'est vrai que c'est le cas de certains ici aussi, ça ne les empêche pas cependant de se poser les bonnes questions !) soit parce qu'ils ne s'intéressent qu'à leur petit nombril !

Il n'y a rien de plus horripilant qu'une personne jouissant de revenus très confortables et d'un niveau d'études supérieures, qui vous envoie à la figure : "mais la bio, c'est de la merde !" et toute autre chose qui la dérange, d'ailleurs, et qui achète à prix d'or, des cosmétiques haut de gamme, testés sur les animaux et bourrés de produits chimiques !

Que faire, que dire ?
Revenir en haut Aller en bas
FleurdOranger
Se plaît bien parmi nous
Se plaît bien parmi nous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 37
Localisation : Toulouse
Emploi : étudiante en architecture
Date d'inscription : 19/08/2005

MessageSujet: Re: Alimentation bio / malnutrition / consommation   Mar 25 Juil - 11:34

Je n'avais pas vu ton message Alexandra!

hum, pour avoir eu des troubles du comportement alimentaire (pas totalement disparus, certaines habitudes perdurent mais ça va) je peux dire que oui la qualité de l'alimentation y fait énormément!
J'ai vécu plusieurs phases dans mes problèmes, j'ai eu des phases d'anorexie, et une phase de boulimie. Je me suis sortie de ma phase d'anorexie la plus dure en me focalisant sur la qualité de ce que je mangeais. Au départ, ça pouvait se résumer à un biscuit mais celui ci devait être bio, sans oeuf. J'ai eu une autre approche de la nourriture, au lieu que ce soit la nourriture qui me fasse mal, qui me "salisse", elle venait me donner des petites choses pour que mon corps soit sain.
Dans cette maladie, tout la problèmatique est là, un corps sain, pur, débarrasser de toute sa graisse, la bouffe est malsaine, on n'y voit que le sucre et la graisse quand on la regarde. C'est un raz-le-bol de la bouffe mais aussi social, le rejet de tout ce qui nous entoure qui perd la boule, le comportement des gens qui n'ont pas de sens, plus de repère donc on se crée les notres : la balance et la performance.
Mon déclic ça a été de vouloir reprendre la danse sauf que le simple fait de me mettre sur la pointe de pied me lançait crampe et tétanie. Mon objectif a donc été de trouver comment manger pour avoir ce que mon corps avait besoin de fonctionner sans pour autant grossir. Il me fallait une alimentation débarrassée des additifs, avec des réelles qualités nutritionnelles sans ajout de sucre ou de graisse. Et c'est comme ça que j'ai commencé à acheter tout bio. Avec les mois, de voir que manger ne me rendait pas obèse, je me suis sentie mieux et les troubles ont peu à peu disparus.

La boulimie, je l'ai connu même étant végétalienne mais mes crises, je ne les faisait pas avec des produits bio parce que tant qu'à gacher, je préférais gacher du mauvais. Mes crises n'étaient pas végétaliennes mais végétariennes parce qu'il me fallait du vite-fait tout-fait acheté au magasin d'en face et dans ce moment là, on est tellement zombifié sous la pulsion que garder l'éthique n'est pas évident. Donc insatisfaction, vide et frustration, c'est vrai mais pas vraiment sur la qualité des produits. C'est en fait qu'avant une période de boulimie, j'ai toujours une période d'anorexie donc je me crée cette frustration alimentaire. Il suffit que je passe dans une période trés dure avec un vide affectif (que je ressens mais qui n'y ait pas forcément) et ça enchainne sur le remplissage-vidage.

Mais définitivement oui, le Bio c'est mon équilibre, le moyen de pas rechutter et d'être en bonne forme physique et psychologique.
Revenir en haut Aller en bas
alexandra
Administratrice*
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7913
Age : 58
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Alimentation bio / malnutrition / consommation   Mar 25 Juil - 11:50

FleurdOranger a écrit:
Je me suis sortie de ma phase d'anorexie la plus dure en me focalisant sur la qualité de ce que je mangeais. Au départ, ça pouvait se résumer à un biscuit mais celui ci devait être bio, sans oeuf. J'ai eu une autre approche de la nourriture, au lieu que ce soit la nourriture qui me fasse mal, qui me "salisse", elle venait me donner des petites choses pour que mon corps soit sain.

J'ai vécu quelque chose de similaire : la frustration, le cercle vicieux de la satisfaction recherchée et jamais trouvée, et qui est le même cercle vicieux à mon sens que celui de la surconsommation : des besoins jamais assouvis, et savamment entretenus par une propagande publicitaire absolument perverse puisqu'elle fait appel au voyeurisme très souvent, entre autres...

Sauvegarder son plaisir, et en même temps, sa santé, en absorbant des aliments et des boissons dont on sait qu'ils sont bons pour nous, qu'ils vont nous nourrir dans tous les sens du terme (le corps et l'esprit), qu'ils vont nous rassasier dans tous les sens du terme également... Où manger redevient non pas une habitude, mais un PLAISIR !!!

Comment être rassasié par des tomates rosâtres cultivées en hydroponie ?
Comment se contenter avec une salade insipide et molle qui vous donne envie de vomir ?
Comment apprécier la nourriture industrielle qui n'est qu'une tambouille mélangée de quantités figées d'ingrédients (très) médiocres, ce qui n'a évidemment rien à voir avec de la cuisine ?

Oui, les "filles" (tu permets, minipousse, qu'on soit encore des "filles", nous ?? Laughing ) je suis bien d'accord avec vous ! merci de vos réponses !! ça fait toujours du bien de constater qu'on n'est pas seul à grenouiller dans ses réflexions !!

_________________

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l’oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature (Ours Debout, Lakota)
The two most important days in your life are the day you were born and the day you find out why
(Marc Twain)

Revenir en haut Aller en bas
Minipousse
Pottok des Pyrénées
Pottok des Pyrénées
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5006
Age : 56
Localisation : Aisne
Emploi : Enseignante
Loisirs : Mes chiens, mes chats, les minous SDF, les animaux en général, Yoga, randonnées, broderie, lecture...
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Alimentation bio / malnutrition / consommation   Mar 25 Juil - 12:14

Tu penses, si je permets, Alexandra !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alimentation bio / malnutrition / consommation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alimentation bio / malnutrition / consommation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alimentation bio / malnutrition / consommation
» Article Peter Singer: Une alimentation morale
» Alimentation vivante : végétalisme à 80% cru
» plaquettes en baisse: alimentation? soja?des rapports entre?
» sclérose en plaques et alimentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARNELAE\'S PLACE :: SANTE :: Santé-
Sauter vers: