ARNELAE'S PLACE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

ARNELAE'S PLACE

Végéta*isme, Ecologie, Beauté & Santé, Vitamine B12, Protection & Lutte Animales, Débats...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-83%
Le deal à ne pas rater :
Hub USB LAB.C – Chargeur USB universel 5 portes
4.99 € 29.99 €
Voir le deal

 

 CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne

Aller en bas 
AuteurMessage
Alep
Pottok des Pyrénées
Pottok des Pyrénées
Alep

Masculin
Nombre de messages : 5632
Age : 19
Localisation : Bruges-France (33)
Emploi : developpeur/auxi puericulture
Loisirs : Parents :-)
Date d'inscription : 08/04/2006

CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne Empty
MessageSujet: CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne   CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne EmptyJeu 17 Aoû - 1:36

Ci-joint un article sur la manifestation de Bayonne du 15 Aout suivi d'un compte rendu du COGICA de Bordeaux. Je signale que la manifestation était dirigée par Patricia, la secrétaire du CRAC.
Pour plus d'infos, consulter le compte rendu officiel de cette manifestation.

CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne Bayonne0806-1
CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne Bayonne0806-2
CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne Bayonne0806-3
CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne Bayonne0806-4



Article de la manifestation du 15 Août 2006 à Bayonne.
"Euskalherria du 16 Aout 2006",


Les anti-corridas se rassemblent à Bayonne
·A l’occasion de la corrida du 15 août, ils se sont donné rendez-vous devant les arènes et face aux aficionados

Une première hier dans la longue histoire des corridas bayonnaises. Nouveauté hors des arènes et non dans l’enceinte taurine, pour ce qui était le premier rassemblement des "anti-corridas" de l’histoire devant "la plazza de Toros de Lachepaillet".

"Pour le 15 août, nous avions demandé un stand dans Bayonne afin de sensibiliser les gens à ce spectacle d’un autre temps qu’est la corrida. Mais Jean Grenet, Maire de Bayonne, nous a refusé l’emplacement sans motif. Dès lors nous avons décidé de nous rassembler devant les arènes. Une première pour nous", selon Patricia Zaradny secrétaire du Crac, Comité Radicalement Anti-Corrida, à l’origine de ce rassemblement.

Pour la novillada du matin, plus de cinquante personnes, venant de plus de six départements, s’étaient positionnées devant l’entrée principale, pancarte à la main. Pour les aficionados, cela ne représentait qu’un "groupuscule insignifiant", pour le Crac c’était "déjà une première victoire, car il faut de la volonté pour venir manifester devant l’enceinte même du spectacle et face aux aficionados". Pour la secrétaire du Crac, le mot d’ordre de la journée, était "la manifestation de notre opinion dans le calme et le silence, sans animosité ni violences."

Ne pas répondre aux provocations

Surtout ne pas répondre aux provocations, comme celle de ce torero, en route pour sa novillada, passant devant les "anti-corridas" les deux index levés à la face des manifestants derrière les vitres de la fourgonnette qui emmène les jeunes toreros. Drôle de geste pour une personne devant incarner "le sang-froid et la classe".

Cette manifestation d’hier fait suite à la campagne d’affichage qui avait eu lieu à la même époque l’année dernière, où l’on pouvait voir la photo d’un taureau ensanglanté mis à mort dans une arène accompagnée du slogan "Corrida la honte". Cette campagne avait d’ailleurs fait grand bruit, au point même qu’un des afficheurs, Decaux Avenir, "avait refusé d’honorer son contrat d’affichage avec le Crac deux jours seulement avant le début de la campagne d’affichage, sous prétexte d’un risque de trouble à l’ordre public." Aujourd’hui le Crac est toujours en procès avec l’afficheur, "qui ni avoir subi des pressions pour se retirer". "Cette année Decaux Avenir a refait le coup du retrait tardif pour une campagne d’affichage contre la corrida dans Paris et les grandes villes du sud de la France. Au final, la campagne n’a pu être vue qu’à Paris", selon la secrétaire du Crac. Malgré tous ces désagréments, les "anti-corridas" sont plutôt satisfaits, "les affiches ont généré plus de 300 appels téléphoniques l’an dernier, et 100 personnes de Bayonne ont par la suite adhéré au Crac. Pour le rassemblement d’aujourd’hui, nous souhaitons apporter des réponses à ceux qui viennent pour la première fois voir une corrida, et qui ne savent pas vraiment où ils vont. Des gens se sentent mal après avoir vu pour la première fois ce spectacle barbare." Ce rassemblement est aussi l’occasion pour les "anti" de faire passer leur message et de tenter de récolter quelques signatures pour leur pétition, bien que cela soit pratiquement impossible devant les arènes. "Actuellement nous avons récolté plus de 60000 signatures partout en France, dont plus de 300 provenant de personnalités politiques, de personnalités du monde du sport, des arts et de l’actualité, comme Michel Rocard, Michel Drucker, Walter Spanghero, Hubert Reeves..."

Article 521.1, alinéa 3

La revendication principale des "anti" pour arrêter "le massacre", "l’abrogation de l’alinéa 3 de l’article 521.1 du code pénal". Cette loi interdit tous les sévices graves et les actes de cruauté qui seraient pratiqués sur des animaux, l’alinéa 3 "autorise cette torture sous couvert de traditions locales". Pour le Crac, "la pratique tauromachique est en contradiction totale avec l’essence même d’une République une et indivisible puisque ce qui est réprimé par une amende de 30000 euros et 2 ans de prison sur l’essentiel du territoire français est permis par la loi sur une petite partie du sud de la France".

Outre cette demande, les "anti-corridas" demandent dans un premier temps "l’interdiction de l’accès lors des corridas aux mineurs de moins de 18 ans". "On nous parle constamment de la violence de nos jeunes, que faut-il penser, d’un spectacle prônant la violence et la torture. Imaginons les dégâts que cela peut entraîner chez un adolescent, chez un être en pleine construction," pour Patricia Zaradny.

Mais ce combat semble aussi loin d’être gagné... la novillada de ce mardi 15 août au matin était gratuite pour les moins de 14 ans. Le rassemblement s’est poursuivi jusqu’au début de la corrida de 18h dans le calme, sans qu’aucun incident ne soit à déplorer.


Compte rendu du COGICA (Comité Girondin Contre Les Arènes)

Le samedi 15 Août 2006, le COGICA a participé à la manifestation organisé par le CRAC à Bayonne. Quatre militants dont la présidente du COGICA ont fait le déplacement et nous avons eu le plaisir de rencontrer d’autres Girondins sensibles à la lutte contre la barbarie des corridas mais également des militants d’autres régions. Cette action avait pour but de collaborer à une action de protestation à Bayonne qui est le sens même du COGICA. De faire connaître aux autres groupes anti-corrida le but de notre association de bloquer la construction en dur de toutes les arènes en Gironde. Par de chaleureux contacts, nous avons pu expliquer la situation très particulière de Gironde et les raisons pour lesquelles il est très important de se mobiliser pour contenir l’expansion sournoise de la corrida sur un territoire vierge de toute tradition taurine avec la complicité des élus locaux.

Une soixantaine de militants se sont rassemblés pour cette manifestation, venus de … départements ce qui n’est pas représentatif du pourcentage de français hostile à la corrida.

Nous avons découvert les consignes du CRAC donnés lors de la manifestation : silence, dignité, du refus de répondre à de vaines tentative de justification, d’attaques, provocation et rhétoriques vide de sens avec les aficionados. Cette méthode est peut-être pour quelque chose dans l’emplacement privilégié devant l’entée principale des arènes. Ce n’est pas chose facile. Nous avons ainsi pu découvrir, et c’est assez paradoxal, une certaine liberté d’expression accordée à notre groupement de pouvoir manifester directement devant les arènes. Cette possibilité est suffisamment rare pour être soulignée, sans pour cela parler de condition démocratique, rappelons que le CRAC n’a pas pu obtenir une table d’information avant la tenue de cette corrida et que le maire a esquivé peu dignement les questions de la secrétaire du CRAC. Il ne faut pas être dupe, cette toute relative liberté a été acquise par l’insistance du CRAC de haute lutte et compensé le déni d’expression par l’autorisation d’un stand d’information.

L’action de protestation s’est déroulée en deux phases : le matin, la novillada nous a donné, l’occasion, vu la proximité du massacre de sentir l’odeur de la corrida, d’entendre les gémissements des taureaux torturés, ceci malgré la fanfare tentant de les couvrir
Nous avons vu des touristes, trompés sur la forme de la novillada sortir complément écoeurés, au bord des larmes (impossible pour elles de sortir de l’arène pour des raisons inconnues (et qui pose un réel problème de sécurité pour les arènes, en cas d’évacuation que se passerait-il ?).

Après avoir entendus les chants du banquet des personnalités fêtant cette horreur, l’après-midi s’est déroulé sous une forte pluie, ce qui n’a pas empêché les organisateurs de ne pas annuler la corrida, sans doute pour ne pas creuser plus les déficits habituels…

Il est à déplorer de constater qu’outre les afficionados apprêtés, on a pu apercevoir deux ecclésiastiques en soutane. Nonobstant le droit pour eux d’être présent, leur légèreté à se vêtir de façon si visible engage non plus le citoyen, l’homme et sa conscience mais bien l’homme d’église et l’institution qu’il représente. Le COGICA devrait contacter l’archevêché de Bayonne pour déplorer ce manque ostentatoire de retenue vis-à-vis de l’Eglise, des croyants et non croyants combattant les corridas.

Concernant le combat en Gironde, nous vous informons que grâce à l’action du CRAC, un résultat très encourageant a été obtenu. Suite à un courrier à la CNIL, M. Baudis a demandé à France 3 d’indiquer un sigle -16 ans interdit pour les scènes dans l’Arène (ce qui est un minimum) et incite la chaîne a réfléchir sur un autre horaire que le dimanche midi pour diffuser cette violence. Les mouvement pro corridas font déjà pression envers France 3 pour ne pas tenir compte de cet avis du président de la CNIL.
Pour cette raison, nous vous enjoignons de bien vouloir diffuser le plus largement cette nouvelle et d’encourager la chaîne à respecter les conclusions de la CNIL.

Nous félicitons tous les militants du CRAC, sa secrétaire et les autres personnes soucieuse du sort réservé à ces pauvres taureaux qui souffrent en silence pour le plaisir pervers estival de certains.
Nous tenons à remercier la secrétaire du CRAC et plus généralement de tous les militants pour la chaleur de leur accueil et de toutes les informations qu’ils ont pu nous transmettre.

Organisation des actions de la rentrée : le COGICA cogite

La rentrée pointe son nez et pourtant le combat anticorrida recommence déjà Bordeaux. Le dfmanche 24 septembre le combat continue pour l’abandon de la construction des arènes à Floirac, limithrophe de Bordeaux. Dès à présent, il convient de nous organiser pour régir le plus fortement possible contre l’extension des arènes ici. Nous vous rappelons que cette action est très symbolique, d’une part parce qu’elle marque notre volonté d’arrêter l’extension des corridas en France et d’autre part parce que cette corrida à Floirac est la dernière avant la construction d’Arènes en dur dans un projet immobilier au financement nébuleux et volontairement caché malgré la condamnation de la Ville de Floirac.

Des idées sont apparues lors de la manifestation de Bayonne, il se dégage l’idée de faire venir des groupes d’autres régions pour « marquer le coup ».

Nous avons également envisagé de tenir une table d’information avec des tracts locaux et les tracts du CRAC pour informer le public de la réalité des corridas et du projet de la Ville de Floirac pour construire les arènes en dur. Cette action pourrait avoir lieu à Bordeaux (ex : place St Projet, non loin de la FNAC).

L’ensemble de cette action devra être planifiée en prévenant les médias.

Toute idée est la bienvenue pour préparer cette manifestation de protestation très importante.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.burdivega.org
 
CR partiel et article sur la manif anticorrida de Bayonne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARNELAE'S PLACE :: PROTECTION ANIMALE & MILITANTISME :: Réagir pour les Animaux-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser